Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En ces temps de catastrophe climatique et ou les pays du monde entier commence lentement a réagir, il est une province qui a son tour prend des engagements environnementals : le Québec. En effet, la première ministre Pauline Marois fraîchement élue, annonce son intention de fermer la seule centrale nucléaire existante et son refus quand au Gaz de schiste. A ce jour je dirais que ce sont de bonnes décisions. L'avenir nous le dira ...

 

Article tiré du site http://www.maxisciences.com

Le nouveau gouvernement québécois a, dès le lendemain de sa prise de fonction (mercredi), annoncé la fermeture de l'unique centrale nucléaire de la province. De plus, le moratoire sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste sera maintenu.

A peine le nouveau gouvernement québécois installé, celui-ci a déjà fait part de son projet quant à la politique énergétique du pays et plus particulièrement en ce qui concerne le nucléaire et le gaz de schiste. En effet, le premier conseil des ministres a eu lieu jeudi et Pauline Marois, Première ministre, a déclaré qu'elle mettait en œuvre "l'engagement pris lors de la campagne de procéder à la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2". Cette centrale, ouverte en 1983 et arrêtée depuis fin juillet en raison d'une panne, devait être rénovée pour poursuivre son activité.

Le remplacement du réacteur avait alors été évalué à 1,9 milliard de dollars. Un chiffre qui avait de quoi motiver la décision de fermeture. "Je veux que ce geste devienne un symbole pour le Québec, pour l'environnement et le bien-être des générations futures", a déclaré Mme Marois lors d'une conférence de presse. Elle a par ailleurs tenu à préciser avoir demandé un rapport devant permettre à la fermeture de se faire "correctement". La majeure partie de l'électricité du Québec continuera donc à provenir des immenses barrages hydro-électriques du nord de la province.

Ajouté à cela, la ministre québécoise des Ressources naturelles Martine Ouellet a également indiqué que le gouvernement indépendantiste souhaitait "un moratoire complet, tant sur l'exploration que sur l'exploitation du gaz de schiste". En ce moment même, le rapport d’un comité d'évaluation environnementale et stratégique sur le gaz de schiste enquête d'ailleurs sur l'impact de cette industrie. Alors que le nucléaire et les gaz de schiste font l'objet d'un vaste débat mondial, la ministre a toutefois affirmé ne pas voir "le jour où il y aura des technologies qui permettront une exploitation sécuritaire", rapporte l'AFP.

Depuis la découverte en 2007 de vastes réserves de gaz non conventionnel dans la vallée du Saint-Laurent, 31 puits d'exploration ont été forés par l'industrie, suscitant des craintes de contamination des nappes phréatiques, comme cela s'est produit dans l'Etat américain de Pennsylvanie (nord-est).

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0