Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dernier jour de nos petites vacances est enfin arrivé, nous avons vu tant de choses en si peu de temps que nous avons l'impression d'avoir passé un mois tout entier sur place plutôt que deux semaines et demi.

 

Pour notre dernière escapade, nous nous sommes promenés dans la galerie souterraine.

 

Ylann s'est amusé à tourner au ridicule un vendeur qui tentait de nous refiler un bracelet power balance, mais oui, les bracelets qui rétablissent soit disant l'équilibre du corps.

Bref, Ylann a écouté la démonstration, de ce bracelet aux pouvoirs magiques, il a tendu son bras avec et sans le bracelet pendant que le vendeur lui appuyait dessus légèrement puis de toutes ses forces. Voyant que ça ne prenait pas sur mon frère, et qu'Ylann remettait en cause tout s'est arguments, le type s'est soudain sentit très bête. Nous avons demandé ce qui faisait l'unicité de ce bracelet par rapport à un autre, ce qu'il contenait qui puisse apporter un soudain équilibre aux personnes qui avaient peur de tomber, et la réponse nous a réellement surprise pour le coup. Il y aurait selon lui des morceaux de roche volcanique à l'intérieur.

Allons, bon, vous nous prenez pour des cons?!! Plus le mensonge est gros et plus il fait d'adeptes,  c'est bien connu. Ce que les gens peuvent être naïfs parfois.

La réponse nous a bien fait rire en tout cas et nous avons abandonné le stand comme des maudis français sous le regard froid que nous jetait le commercial.

 

Nous avons ensuite fait tout les foot lockers de la ville pour qu'Ylann trouve une paire de baskets.

 

Et sur la rue Sainte Catherine, nous avons fait la connaissance d'un vendeur très sympathique.

Après avoir servi Ylann, il a eu envie de discuter un peu avec nous. Il nous a donc demandé:

 

- D'où sais tu qu'vous venez ? Du bas de la France?

 

- Non non de Paris.

 

Il a paru surpris. Les Parisiens n'ont pas bonne réputation semble-t'il et il était étonné de trouver des Parisiens sympathiques. Il nous a ensuite expliqué que sa copine était française, elle était venu à Montréal avec son copain pour un Visa Working Holiday. Sauf que le garçon n'avait sûrement pas prévu dans son scénario que sa copine resterait à Montréal parce qu'elle s'était entiché d'un Québécois.

Pas mal, le mec devait quand même l'avoir mauvaise quand il est rentré tout seul en France. Ah la belle expérience!

 

Depuis, notre vendeur adore discuter avec les francais et Ylann explique lui, qu'il adore les Québécoise.

 

- Ah oui oui, ici les filles sont très sexy et elles sont vraiment ouvertes à tout...nous répond-il sur le ton de la confidence.

 

Je n'ose pas imaginer ce qui se cache sous cette phrase mais Ylann est du coup encore plus motivé à immigrer.

 

Nous lui expliquons que nous voudrions envoyer nos papiers pour l'immigration à notre retour de voyage et il nous dit:

 

- Tout les jours, je rencontre des Français qui veulent immigrer. Faites vite, j'ai entendu que les bureau de l'immigration allaient cesser d'accepter les visas à partir du mois de Mars pendant un an, parce qu'ils ont eu trop de retard dans les demandes.

 

Ah quelle information utile ! Nous sommes désormais, motivés à bloc. En rentrant, inutile de perdre de ce précieux temps, il faudra envoyer les dossiers au plus vite.

Nous expliquons brièvement pourquoi nous avons dans l'idée de quitter notre pays d'origine, le type comprend très bien nos raisons. Il a lui même été dans le sud de la France avec sa copine et ne s'y est pas senti du tout à son aise. Il dit que les gens ne discutent pas entre eux, qu'ils sont fermés et qu'il y a de l'insécurité. En tout cas au Québec, les français sont appréciés dans le travail, lui même est gérant du magasin et n'embauche que des français car ils sont plus travailleurs.

 

Ce n'est pas la première fois que j'entends ce discours. Il est vrai que nous sommes dans l'un des pays, dans lequel, il est légion de ne pas travailler: entre les grèves, les RTT, les congés payés, les arrêts maladies...nous nous sommes forgés une superbe réputation de glandeurs. Mais en même temps, des études ont prouvé que nous travaillions en apparence moins que les autres, mais qu'en réalité, notre temps de travail est plus productif que dans certains de pays. Nous abattons plus de travail en moins de temps qu'il n'en faut aux autres.

 

Je retiens tout de même la remarque et informe le manager qu'il me reverra peut être d'ici deux ans lorsque j'aurais besoin d'un poste.

 

Il sourit et me dis:

 

- Pas de problème, vient dès qu't'arrives, j't'embaucherais avec plaisir !

 

Voilà, je ne pense pas qu'il se souviendra de moi d'ici là, mais je tenterais ma chance.

 

Lorsque l'on immigre, tout travail est bon à prendre, il ne faut pas faire la fine bouche. En attendant de trouver quelque chose qui colle plus à ce que je recherche, je suis prête à travailler dans n'importe quel domaine. Et la vente ça me connait non?

 

Le lendemain matin, nous avons empaquetés nos bagages avec beaucoup de difficultés sous le regard amusé d'Anne.

Au cours des deux semaines passés, nous avions amassé un maximum d'affaires, avions fait plusieurs achats, notamment des vestes Harley Davidson aussi encombrantes que jolies. Mais, emballer le tout n'était pas une mince affaire car il ne fallait pas, se retrouver au final avec un excédant de bagages.

Nous avions donc une méthode bien rodée qui consistait à répartir le poids dans nos trois valises, refermer celles-ci en nous asseyant dessus, peser le tout, et recommencer jusqu'à obtenir le résultat escompté. Non non, ce n'est pas une recette de cuisine, c'est une recette de voyageur qui se transmet dans toutes les familles. Bien sur, nous avons quelques fois pris peurs lorsque nous appercevions le résultat effrayant qu'indiquait la balance en livres, mais il suffisait de convertir par la suite pour comprendre qu'à un kilos prêt nous avions tout bon. Il était très difficile de venir à bout de tout ces calculs stratégique mais au bout d'environ une heure, en sueurs, nous sommes enfin parvenus à boucler les bagages.

 

Un taxi est venu nous chercher et nous avons pris notre dernier vol en direction de la françe.

 

Que d'aventures, que de rencontres, j'ai apprecié ce voyage jusqu'à la fin mais ce qui nous a le plus donné envie d'immigrer, ce sont tout les bons moments que nous avons passés dans notre famille. Les soirées ciné devant la télé, les rires de nos petits neveus, les situations loufoques dans lesquelles nous nous étions retrouvé. Je pense notament au petit poisson enterré dans le jardin.

 Nous avons eu, un réel appercu, de ce que pourrait être notre vie à Montréal, les avantages, les inconvénients. Nous n'avons pas encore fait l'experience de la neige, du froid, le vrai, mais pourquoi s'angoisser dèsous trouvions plus motivés que jamais.

 

De retour en Françe, nous enverrions au plus vite notre dossier d'immigration.

Tag(s) : #Voyages

Partager cet article

Repost 0